Vous trouverez sur ce blog, au fil des jours et des mois, les oeuvres réalisées par le Maitre Calligraphe Shi Bo, ainsi que les stages qu'il propose, ses livres numérotés et autres parutions, ses commentaires ....... Que la visite vous soit un enrichissement.
L'administratrice : Sérénité'art

mardi 3 novembre 2020

QUELQUES MOTS SUR LA TRADUCTION - Suite 1

 ...Un jour une amie m’a apporté une traduction des poèmes de 

Du Fu (712- 770) 杜甫 

杜甫 

                                               

Le traducteur est le même que celui du livre français de Shi Tao. Sur la page de garde, est imprimé en gras un vers en français de Du Fu. Alors que je connais bien les poèmes de ce grand poète de la dynastie des Tang, je ne sentais pas son style dans cette traduction   en français par un traducteur dont je garde un mauvais souvenir. J’ai donc proposé à cette amie d’écrire à l’éditeur pour demander la version originale chinoise de ce vers de Du Fu. 

Elle n’a jamais eu de réponse !

 

Deuxièmement, j’aimerais faire remarquer le courage démesuré chez certains traducteurs. En effet, je connais ce genre de courageux, ils ont à peine commencé à apprendre le chinois qu’ ils attaquent déjà le difficile travail de traduction. Certes, leur volonté est louable, je dirais même noble, mais leurs moyens de travail ne sont pas satisfaisants, le moins qu’on puisse dire est que leurs moyens ne sont pas à la hauteur de leur noble vœu.

 

Je connais un ami traducteur, son procédé de traduction me paraît hors du commun pour ne pas dire bizarre. 

Ne connaissant pas le chinois, il rassemble plusieurs traductions déjà publiées d’un même texte chinois, il les lit attentivement et comprend ainsi l’essentiel de chaque phrase. Partant de cette compréhension, il mijote sa traduction. La façon est à la fois ingénieuse et courageuse, mais ce courage ne garantit pas la fidélité au texte original. 

Pourtant je crois que la traduction est une création linguistique. La preuve ?

Lisons la suite :

2 comparaison


Maintenant, nous allons faire un jeu linguistique : admirer et comparer plusieurs traductions différentes de quelques poèmes de la dynastie des Tang.


Je me permets deux notes :

Note 1 : La poésie des Tang est toujours bien appréciée par les Chinois et abondamment traduite en différentes langues, mais comme ces poèmes sont écrits dans une langue très ancienne et hautement condensée, cela crée beaucoup de difficultés pour la compréhension, d’où l’embarras dans lequel s’enlisent souvent les traducteurs.


Note 2 : je présenterai ma traduction et la traduction de sinologues français. Je dois dire que :  loin de moi est l’idée de vouloir ridiculiser ou rabaisser ces traducteurs français en comparant leur traduction à la mienne ! En fait, leur traduction me paraît assez louable !

Wang Wei 王维

 Je me livre à ce jeu à partir de trois poèmes de Wang Wei dans le but de faire savourer les différents délices de nos traductions.                                                    

                                                                                      (à suivre !)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire