Vous trouverez sur ce blog, au fil des jours et des mois, les oeuvres réalisées par le Maitre Calligraphe Shi Bo, ainsi que les stages qu'il propose, ses livres numérotés et autres parutions, ses commentaires ....... Que la visite vous soit un enrichissement.
L'administratrice : Sérénité'art

mardi 14 avril 2020

DIALOGUE CALLIGRAPHIQUE - 8

Comment bien calligraphier ?

怎样書法得美


Elisabeth B. : Bonjour Cher Professeur, je vais bientôt finir mon cursus de perfection ! Mes cours s’accélèrent sensiblement, cela m’aide énormément. Une question me tient à cœur : est-ce qu’il y a des règles ou quelques procédés pour “faire jolie la calligraphie ?”

SHI Bo : Oui, chaque chose a ses règles et « faire la belle calligraphie » ne fait pas exception. En fait, durant tant d’années de cours avec moi, tu as déjà appris et maîtrisé certaines règles de beauté calligraphique car je t’en ai parlé occasionnellement  tout au long de nos cours, par exemple : l’harmonie qui est un large sujet déterminant pour la beauté de l’œuvre.

Elisabeth B. : Certainement, l’harmonie entre les idéogrammes, entre le yin et le yang, entre traits charnus et traits légers…



Emotion mijotée “au bon point”
SHI Bo : Aujourd’hui, nous pouvons en parler de façon générale et un peu théorique. Je voudrais commencer par l’esprit qui est maître du pinceau. Je veux dire par là que la beauté de l’œuvre vient d’abord de la beauté de l’esprit de l’auteur. En termes concrets, l’état de l’esprit de l’auteur est décisif quant à la beauté de l’œuvre qu’il crée.
D’abord, “la beauté de l’esprit” signifie que l’esprit est "dans son meilleur état" . 
Tu sais que la création calligraphique est une expression artistique de l’émotion heureuse de l’artiste. Si cette émotion est bien mijotée jusqu’au bon point, le pinceau suivra mieux l’esprit. 
En chinois, on dit que 'l’esprit est ému à point'  :

心意到位


Mon Maître Xia me répétait souvent : "Si ton émotion n’est pas au point, il ne faut jamais forcer ton pinceau à danser".

C’est pourquoi avant de prendre le pinceau pour le faire danser sur le papier de riz, il faut préparer l’émotion qui monte et s’harmonise jusqu’à tel point qu’on se sente gagné d’une grande envie de commencer “la danse du pinceau à l’encre”. On éprouve alors un immense plaisir à calligraphier .

Si un jour tu n’es pas “dans ton assiette”, la sensibilité, l’inspiration et l’émotion seront “à plat” : alors il ne faut pas forcer ton pinceau à travailler.
Ensuite, l’état de l’esprit au bon point signifie aussi la sérénité : on se sent en harmonie  avec l’ambiance et avec soi-même. C’est la bonne condition de la belle création artistique. Quand on est serein, le pinceau l’est aussi , la communion, l’unisson, s’en suivent naturellement .... (à suivre)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire